MENU
CONNEXION ADHÉRENT
< RETOUR

MON AU PAIR NE COMPREND RIEN : RÉALITÉ OU INCOMPRÉHENSION ?

HOME > LE BLOG APITU > Mon Au Pair ne comprend rien : réalité ou incompréhension ?

Publié le 05 juillet 2016 par Emmanuelle De Beaucorps


Mon Au Pair ne comprend rien : réalité ou incompréhension ?

Je reçois souvent des appels de familles qui se plaignent du manque d’initiative, d’investissement et/ou de compréhension de leur Au Pair mais souvent ce n’est qu’un souci de différences culturelles et de communication.

Ci-dessous quelques histoires : (les noms ont bien entendu été changé pour un souci de confidentialité mais ne vous étonnez pas si vous vous y reconnaissez au moins un peu)

Expérience 1 : Mme Smith me contacte un après-midi, furieuse … Elle est rentrée déjeuner à la maison un mercredi pensant avoir simplement une assiette à ajouter sur la table mais à sa grande surprise rien ne s’est passé !! Son Au pair est restée dans le salon à jouer avec les enfants : pas de repas, pas de table de mise : Rien du tout !!

« Vous vous rendez compte ! Elle ne nourrit pas mes enfants !! Que se passe-t-il les autres jours ? Nous avons perdu confiance !!» Je décide de contacter son au pair pour une petite discussion et là …

Anna m’annonce qu’elle n’osait jamais rentrer dans la cuisine en présence de la maman. Qu’elle comprend parfaitement que la maman souhaite s’occuper de ses enfants quand elle en a envie et que cela puisse se faire sans préavis car après tout : elle est maman !!La nourriture étant un besoin basique, elle l’attribuait à la chef de famille (lol si vous me le permettez !!). De plus en présence d’un chef de famille à la maison elle pensait devoir s’effacer …

L’histoire se termine bien, une petite mise au point et Anna a terminé avec succès son séjour au sein de la famille

Expérience 2 : Madame Dupont me contacte outré après 3 jours de vacances passées avec son au pair : « les vacances les plus fatigantes de mon existence » me dit ’elle !

Monsieur et madame Dupont avaient prévu 3 jours (un weekend prolongé) dans une charmante location en bord de mer. Ils décident de proposer à leur au pair (que nous appellerons Michelle) de l’accompagner afin de lui offrir l’opportunité de découvrir un nouveau coin de France mais aussi de profiter de la présence de leur au pair pour souffler un peu car partir en vacances avec 3 enfants ce n’est pas de tout repos

3 jours d’enfer pendant lesquels Michelle s’est tenue à l’écart, a profité de la plage, des barbecues le soir mais n’a pris aucune initiative autour des enfants si ce n’est le basique des repas. Une fois de plus je saute sur mon téléphone …

Je commence par demander à Michelle comment se sont passés ses 3 jours de vacances avec la famille : Super me dit ‘elle mais elle ne comprend pas, depuis son retour les parents sont distants, froids … elle sent bien que quelque chose se passe mais quoi ? je ne fais pas de détours et lui parle de l’appel de Mme Dupont ... Michelle se met à pleurer au téléphone : elle s’est tenue à l’écart afin de laisser les parents profiter de leurs enfants. Elle ne voulait pas abuser de l’invitation ! Elle a cependant tenu ses horaires de travail, s’est occupé des enfants le soir, pendant les repas, a rangé les jouets plusieurs fois mais avoue avoir laissé les parents gérer tout le reste pensant qu’ils seraient heureux de s’occuper de leurs enfants et de partager du temps SEULS avec eux.

Et voici encore un malentendu heureusement vite résolu. Comme dans notre première histoire Michelle a parlé avec sa famille d’accueil, ils se sont mis d’accord pour se dire ce qu’ils attendaient les uns des autres dans le futur et la fin de séjour s’est déroulé à merveille.

Expérience 3 :

La famille Durand. appelle car, pour eux, leur jeune fille au pair Sara ne s’intéresse pas du tout à leur enfant, elle ne propose aucun jeu, ne lui parle presque pas, autant à lui qu’aux parents d’ailleurs.

Je contacte donc de suite Sara, nous discutons en anglais afin d’éviter toute confusion, cette langue étant plus facile pour elle.

Je lui demande comment se passe le placement, la relation avec l’enfant… Tout va bien nous dit-elle. Nous lui faisons part de l’appel de la famille et là, elle avoue qu’en la présence des parents, elle a du mal à s’exprimer, elle est consciente de ses lacunes en français et que cela l’intimide.

Avec l’enfant, elle se sent plus libre et joue énormément avec lui car il semble ignorer qu’elle ne parle pas comme lui. Après re-discussion avec la famille, ils s’aperçoivent en effet que l’enfant ne semble pas souffrir d’un manque d’affection de la part de Sara, la famille décide alors de donner plus de temps à Sara pour s’adapter, de la rassurer et d’essayer d’organiser des cours en plus pour l’aider dans l’apprentissage de la langue. Ayant ouvert la discussion entre la famille et la jeune fille, tous se sentent bientôt très à l’aise.

Je pourrais ici vous mettre plus de 1000 expériences mais j’ai pensé que ces trois-là étaient les meilleures et résumaient bien une des difficultés du placement au pair : la communication ou plutôt le manque de communication.

Nous en profitons pour vous rappeler le rôle que notre association peut avoir par le biais de la médiation (et en plusieurs langues) …qui finalement règle la plupart des problèmes.

 


Union Française des Agences Au Pair International Au Pair Association Au Pair in America UCIAD Dol de Bretagne